Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le journal d'Aasha Bipolaire

Le journal d'Aasha Bipolaire

Le quotidien d'une jeune femme vivant avec "l’handicape invisible", la maladie psychique, la bipolarité.

Parcours de vie en tant que bipolaire

Parcours de vie en tant que bipolaire Parcours de vie en tant que bipolaire
Parcours de vie en tant que bipolaire Parcours de vie en tant que bipolaire
Parcours de vie en tant que bipolaire Parcours de vie en tant que bipolaire

Ma vie de bipolaire

"Une bombe à retardement", voilà ce que j'ai été du jour de ma naissance au jour de mon virage maniaque. Cette période de ma vie, 16 ans qui ont était marqué par tant de traumatisme que mon hypersensibilité, déjà activé, m'en a imbibé le corps et l'esprit entier.

Après, j'ai survécu sur un mode de fonctionnement délétère autant que pour moi que pour mon entourage. Pour tous, je suis depuis longtemps "le mouton noir" de la famille.

La "fausse délivrance" fût le jour où est tombé le "diagnostique". Je pensais naïvement que tout comme un rhume qu'après quelque cachet et quelque jour plus tard arriverait la "guérison" tant attendu.

Grosse déception en vue. Mes derniers souvenirs des jours heureux sont les mois de grossesse et d'allaitement de mon petit ange. Depuis, c'est enchainé les séjour en HP et les noms de médicament ainsi que leurs effets secondaires. Ce sont maintenant mes occupations.

Perdre le contrôle de son propre corps et moral est assez insupportable à subir. Alors, quand se reflète dans le regard des autres et dans le miroir, l'impuissance, la peur, la culpabilité, le scepticisme...il est plus que difficile de tenir le temps de trouver le bon dosage et de retrouver un certain bien être. Il n'est pas facile de ne pas se laisser tenter par la fuite, des solutions de faciliter et par le découragement.  

Après 3 ans, 20 Kg, un corps dur à se mettre en marche, des pertes de mémoires, un tempérament de feu dû à l'hyper sensibilité et réactivité...Mon couple n'a pas tenu la distance. Il y a une limite à la tolérance que j'ai depuis longtemps dépassé. Maintenant, je suis sur le parcours, seule avec ma bipolarité.

Seule, oui car de l’extérieur personne ne peut voir l'étendu et l'amplitude de nos sentiments. Mais ce qui est visible, le bout de l'iceberg, ce sont nos actions et réactions.  J'aimerais juste reprendre ma vie en main et enfin me sentir revivre.

Je sais que le chemin est long et rempli d'obstacle. Il faut jongler entre les traitements à ajuster puis à faire de même pour les effets secondaire et toujours avec des conséquences assez importantes. N'oublions pas les thérapies brèves (incisive) et les thérapies longues ( de fond) qui vont l'une avec l'autre. Compter les proches que l'on a perdu en route ou et gagner. Il faut apprendre à bien se connaitre, s'observer et apprendre à agir en conséquence. Faire avec le regard des autres et surtout ne pas lâcher.
 
Ma vie de bipolaire c'est être quelqu'un qui voit plus que ce qui est visible pour les communs des mortels. Il y a toute les nuances de couleur semblable à nos sentiments, nos humeurs et nos réactions. La vie, nous la vivons avec beaucoup plus d'intensité et du coup nous devons être plus fort et plus déterminer à croquer cette "hyper vie" à pleine dent.

Pour moi et pour mon fils.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article