Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le journal d'Aasha Bipolaire

Le journal d'Aasha Bipolaire

Le quotidien d'une jeune femme vivant avec "l’handicape invisible", la maladie psychique, la bipolarité.

Triangle, Carré et on tourne en Rond ....

Triangle, Carré et on tourne en Rond .... Triangle, Carré et on tourne en Rond ....
Triangle, Carré et on tourne en Rond .... Triangle, Carré et on tourne en Rond .... Triangle, Carré et on tourne en Rond ....

Ces derniers jours, il y a un sujet qui est revenu plusieurs fois sur la table. Beaucoup d'entre nous, bipolaire, n'ont pas eu une enfance ni une vie facile et tendre. Avec le temps et l'apparition de la maladie, des effets des traitements, de la réaction de l'entourage...
Évidemment, on se lamente sur notre sort et on se positionne "victime" de tout ça. Surtout que peu d'entre nous peuvent dire qu'on est compris et accepté tel que l'on est.
Moi aussi, je me conforte dans ce rôle car j'estime que ce que l'on vit est extrêmement difficile. Je parle pour moi, mais c'est surtout la perte de contrôle sur mon corps et mon mental qui me frustre le plus. Depuis, je n'ai plus l’impression d'avoir main sur ma vie, d'être vivante en pleine possession de nos moyens.
C'est évidement à cause de cela que l'on peut être tiré d'affaire après avoir fait des "folies".

Bon, mais voilà ça ne nous mène à rien à se lamenter et se plaindre de son sort. Faut surtout pas tomber dans la rumination...
Mettre nos souffrances dans la mains des autres, les prendre pour unique responsable, c'est la chemin le plus facile.
Se dire un jour que j'ai envie d'avoir du pouvoir, cela incombe donc d'avoir des responsabilités.
Par exemple, mon père qui est pour mon un des mes bourreaux, je ne peux pas lui "pardonner" mais je peux voir plus que ça. Je peux voir son background, le prendre à ma hauteur en tant qu'individu et là mettre un peu d'eau dans mon vin. C'est comme si il ne possédait plus d'arme, d'outil qui me mène à souffrir.
Ce n'est pas évidant de faire ça, c'est pour ça que je ne dis pas "pardonner". Car ce serait comme renier ma douleur, ma peine...
Mais déjà, se poser et réfléchir c'est énorme.
Je pense que cette souffrance, pour la faire devenir une force, il faut en faire une allier. Donc, ne plus nous faire souffrir mais peut être grandir, devenir plus mature pour avoir la capacité de comprendre que l'autre est un être humain, qu'il a aussi surement souffert et qu'il a dû faire des erreurs...

Et du coup, si notre bourreau n'en est plus un, mais juste un homme ou une femme avec des zones d'ombres ou carrément des travers irrécupérable. Alors, nous aussi on n'est plus une "victime" mais un être humains qui a souffert oui mais qui arrive à s'en sortir.
J'ai oublié de parler du "sauveur" car nous "victime" appelons à l'aide. Au secours !! Et, il y a quelqu’un qui nous vient en aide. Pour moi, ça a était mon premier amour. Il m'a fait oublier, pour un moment, toute la souffrance dans laquelle je baignais. Mais, ça n'a durer qu'un moment avant qu'il voit vraiment qu'elle personne torturé j'étais. Mais il est resté et en tant que mon fidèle prince charmant, il a veillé sur moi et surtout il a subit les ravages de ma construction chaotique et destructeur de mon enfance.

Lui aussi, au final, est devenu une "victime" et je pense que c'est pour cela qu'il a du avoir besoin d'un ou d'une "sauveuse".
Trop souvent ce "Triangle vicieux" nous mène à notre propre perte. Puisque l'on se cotonne à "subir" tel ou tel rôle.

On en vient à se dire qu'il faut se remettre en question et ça c'est vachement difficile.
Plus on a connu de souffrance, de personne malveillante, de mauvais moment gravé en vous, qu'on a des séquelles tel que le manque de confiance ( qui mène à la jalousie, à la dépendance, à la possessivité, peur d'être trahi...) ou du manque d'amour et sécurité ( difficulté à devenir adulte, de grandir en s’épanouissant...) plus c'est dur d'accepter le changement.

Même si cela prend du temps, il faut l'idée faire son petit chemin. Car, imaginons que nous reprenons le pouvoir sur notre propre vie, sur comment tel ou tel chose va nous affecter... Que tout est en nous, dans notre propre tête et entre nos mains !
Je pense que cela peut nous mener à reprendre le contrôle sur notre vie. Redevenir vivante et surtout avoir le rôle principal sur le chef d’œuvre qu'est notre vie !

Bon, mais déjà y réfléchir ce n'est pas mal. ^^

Cela voudra dire que l'on commence enfin à ne plus tourner en rond et peut être même envisager une sortie de route, une porte, une voie non plus sans issue mais avec un échappatoire vers un autre monde, un monde où l'on en serait le maître !

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article